Que faire à la Turballe ?

La Turballe est une ville qui se trouve sur la Presqu’île de Guérande, entre les villes de Piriac et du Croisic. Des plages à la Turballe il y en a des kilomètres on en compte d’ailleurs un peu plus d’une dizaine de kilomètres. Les activités ne manquent pas dans ce coin de la Presqu’île. L’idéal étant de tout faire à vélo bien évidement.

1. Découvrir le port de la Turballe

Se promener sur les quais du port de la Turballe est une sacrée expérience, surtout pour les amoureux de la mer et des bateaux. 

le port de plaisance

Les navires de plaisance dans le port de la Turballe
La vue sur le port de plaisance de la Turballe

Le port de la Turballe est divisé en quatre parties. Il y a d’une part le port de plaisance, des pontons quadrillent le plan d’eau du port pour accueillir voilier et bateaux à moteur. Une partie du port est d’ailleurs consacrée à un pôle régate et course au large.

Le ponton dédié au transport des passagers

Il y a ensuite le ponton pour transport maritime des passagers. Il est en effet possible de se rendre sur les îles qui se trouvent à moins d’une heure de navigation. Nous y reviendront au point 6.

Le grand port de pêche de la Turballe

Mais l’activité principale du port de la Turballe c’est incontestable l’activité liée à la pêche en mer. Ici on pêche historiquement la sardine et l’anchois. Les locaux le savent, les poissonneries sont généralement approvisionnées en sardines vers 17 heures. Le port de la Turballe s’est diversifié et la criée de la Turballe a fusionné avec celle du Croisic. Ainsi, le port de la Turballe fait aujourd’hui partie des plus grands ports de pêche de France.

Ici se mélange la pêche côtière et la pêche au large. D’un côté il y a les petites unités dont la taille fluctue au environ des 12 mètres et de l’autre il y a d’immense chalutier pélagique de plus de vingt mètres de long.

Au milieu des bassins du port on trouve la criée, qui abrite d’ailleurs à l’étage un petit musée de la pêche.

L’atelier de réparation

La Turballe sous le soleil
La vue sur le chantier naval de la Turballe

La partie nord du port de la Turballe est quant à elle dédiée à un chantier naval. Un lieu où l’on peut effectuer l’entretien des navire. C’est assez impressionnant de voir les grands chalutiers hors de l’eau.

2. Pen Bron

L'une des plus grandes plages de la région
La longue plage de Pen Bron

Entre l’Atlantique et le grand traict du Croisic, la presqu’île est une langue de sable qui s’avance dans la mer pour s’arrêter finalement à quelques encablures des quais du Croisic. Lors des grandes marées on peut traverser à pied et ce lorsque la mer est étale.

D’un côté il y a donc une grande plage qui s’étire sur des kilomètres et de l’autre il y a les méandres des marais salants de Guérande.

Se balader sur cette presqu’île c’est faire une petite escapade en dehors du temps. Ici on se croirait dans le sud-ouest. Les paysages ressemblent à deux doigts au paysages du département des Landes. Il y a des dunes, l’océan et une grande forêt de pins. Un décorum assez inattendu, certains osent même dire que ce serait l’un des plus beaux endroits de la presqu’île guérandaise. 

3. Les marais salants

Bien que le nom de la Turballe soit largement associé à l’image de son port de pêche, les marais salants bordent la commune de la Turballe. Ils font aussi partie de la vie de la cité. Il y a d’ailleurs des petits villages de paludiers qui sont rattachés à la commune de la Turballe.

Le meilleur moment pour découvrir les marais, c’est sans doute lors du coucher du soleil. Un moment inoubliable où se mêlent toutes les couleurs tans sur terre que dans le ciel. Un moment magique qui vaut vraiment la peine d’être vécu. Certes tous les couchers de soleil ne se valent pas. Il faut savoir être patient et accepter le moment présent.

4. Découvrir le centre ville

Dans les rues du centre ville de la Turballe
Dans les rues du centre ville

Nul besoin de prévoir une après-midi pour visiter le centre ville, il est assez restreint. Les jours de marchés vous pourrez allez vous balader sous la grande halle couverte, puis remonter vers le centre ville en passant par la petite église Sainte-Anne. Une balade qui se termine invariablement par un café en terrasse de l’une des nombreux brasseries du centre.

La Turballe, c’est avant tout une ville de pêcheurs, une ville authentique dont les bâtiments modestes dépassent rarement les deux ou trois étages.  

5. La balade de long de la jetée

Une balise rouge le long de la jetée de la Turballe
Une balise le long de la jetée

Même si cette activité se trouve juste à côté du port de la Turballe, la balade de la jetée permet de profiter d’une jolie vue sur la côte sauvage et la route qui s’en va vers Piriac sur Mer. Une occasion de voir quelques centaines de mouettes qui se dorent au soleil en attendant les pêcheurs qui rentrent au port.

6. Cap vers les îles du Ponants

L'une des choses à faire à la Turballe partir en mer
Une petite crique sur l’île de Houat

Les îles du Ponants ce sont toutes les îles françaises de la façade Atlantique. Et il se trouve que juste en face du port de la Turballe, se trouve les îles de Houat et d’Hoëdic. Deux petits confettis qui se trouvent au sud de la Presqu’île de Quiberon et de Belle-Île en mer. Une belle occasion pour répondre à l’appel du large. Généralement on y va pour la journée à condition de bien penser à réserver à l’avance son billet pour la traversée.

7. Partir se promener vers le petit port de Lérat

La côte sauvage entre la Turballe et Piriac
La côte sauvage entre la Turballe et Piriac

Depuis le port de la Turballe, en empruntant un petit chemin côtier on découvre une jolie côte de granit où viennent se briser quelques vagues. Sans doute l’un des plus belles vues de la Presqu’île guérandaise.

crédits photos: Yann Ve