Escale au Pouliguen

Le Pouliguen est une petite ville discrète, située sur la côte dans le département de la Loire Atlantique. Une ville qui se trouve sur la presqu’île de Guérande coincée entre les marais salants et l’Océan Atlantique. Ce n’est pas ici que vous trouverez les plus hautes falaises ou les plus belles vues de la Bretagne. Mais à coup sûr votre escale au Pouliguen vous marquera pour longtemps.

Le port du Pouliguen vue du ciel
Une belle escale dans le port du Pouliguen

L’histoire du Pouliguen

On retrouve des traces de peuplement au Pouliguen dès le V ème siècle après JC. Historiquement c’est la pointe de Penchâteau qui aurait été choisie de part son emplacement idéal. La Pointe de penchâteau offre en effet un situation qui offrait à l’époque une bonne protection envers d’éventuels assaillants.

Mais c’est vers le XIII ème siècle que la ville du Pouliguen apparaît réellement avec la construction d’un petit port, dans l’un des étiers des marais salants. A partir de ce moment la commune du Pouliguen fait encore partie de Batz sur mer. Le bourg du Pouliguen connaîtra donc un certain essor grâce au commerce du sel et à la pêche à la morue. Mais vers le XVIII siècle l’activité liée au commerce du sel temps à disparaître plongeant l’économie locale dans une certaine pauvreté.

C’est en 1854 que le Pouliguen deviendra une commune indépendante. Une ville toujours tournée vers la mer et la pêche côtière et hauturière. Le XIX ème siècle marquera un renouveau et un tournant pour l’économie locale. En effet, ce siècle marque l’apparition du tourisme balnéaire et des bienfaits de l’océan sur le corps. A partir de 1840, la ville du Pouliguen ne cessera de s’affirmer comme étant une ville balnéaire, idéale pour les vacances en famille.

Le port du Pouliguen

Un vieux gréement dans le port du Pouliguen
La fameuse chaloupe sardinière du Pouliguen

Généralement tout commence ici par la découverte du port du Pouliguen. Un petit bras de mer qui communique avec les marais salants.

Les quais du port ont été construits en partie grâce aux pierres transportées par les navires hollandais.

La pointe de Penchâteau au gré des marées

La pointe de Penchâteau à marée basse
La pointe de Penchâteau à marée basse

Ce lieu est sans conteste l’un des plus emblématiques de la ville. Ici de riches villas bordent la baie. Une vue plein ciel et imprenable sur la mer. A marée basse les pêcheurs de coques et de palourdes viennent gratter les fonds vaseux et recherchent des tourteaux dans les rochers.

La belle pointe de Penchâteau à marée basse et sous le soleil
La belle pointe de Penchâteau à marée basse et sous le soleil

La Pointe de Penchâteau c’est également le point de passage entre deux monde. D’un côté on trouve une baie presque fermée à 360 degrés et bien abritée et de l’autre c’est la fougue l’océan Atlantique.

Vue depuis Penchâteau la nuit
Une vue sur la baie de la Baule depuis la pointe de Penchâteau
Une villa à Penchâteau
Le long du murs fortifiés de la pointe de Penchâteau

La côte sauvage, un petit air breton

La côte sauvage du Pouliguen
La côte sauvage du Pouliguen

Ici au gré des marées on découvre une côte sauvage agrémentée de plus d’une vingtaine de grottes. Avec le temps les panneaux ont disparu mais les grottes sont restées. La plus célèbre d’entre elles n’est autre que la grotte des Korrigans.

La grotte des Korrigans
La grotte des Korrigans, nichée au coeur de la côte sauvage du Pouligue
Le Pouliguen et sa côte sauvage
Comme un air de Finistère au Pouliguen
La côte sauvage au printemps
La côte sauvage au printemps

A la découverte de l’intérieur des terres du Pouliguen

Balade au grès des vents
Les derniers survivants de Cramphore, dans l’ancien golf du Pouliguen

Entre la côte sauvage et le centre du Pouliguen se trouve le ventre mou du Pouliguen, un lieu qui oscille entre de grands prés et des petits chemins perdus avec des lotissements qui ont été construits sans réel respect de l’environnement. Les terres agricoles disparaissent peu à peu devant l’appétit insatiable des promoteurs immobiliers. C’est toujours dommage de voir des arbres et des grands espaces disparaître pour laisser place à des maisons sans âmes et construites dix par dix. Mais cela semble être malheureusement le sens de l’histoire. Profitons vite de ces bois et de ces champs qui donnent au Pouliguen un cachet évident.

Un peu de nature entre le bourg du Pouliguen et l'océan
Un peu de nature entre le bourg du Pouliguen et l’océan

Insolite, qui aurait pu imaginé qu’il y aurait des oies et des canards à deux pas du centre ville. Et des mares comme celle-là, il y en a quelques unes au Pouliguen.

La plage du Pouliguen

Une fin de journée pastel au Pouliguen
La plage du Pouliguen désertée en fin de saison

Cette petite plage de sable blanc coincée entre la jetée du port et la pointe de Penchâteau est très agréable. Un lieu paisible en hiver et très agité en été. Une plage qui se trouve à deux pas du centre ville. Même si ce n’est pas toujours évident de s’y baigner c’est l’un des endroits les plus plébiscités par les familles, du moins l’été.

En mai sous le soleil du Pouliguen
La belle plage du Pouliguen

A la découverte du centre ville

Escale au Pouliguen
Dans la rue du centre, lors d’une escale au Pouliguen
Une fin de journée dans le centre du Pouliguen
Une fin de journée dans le centre du Pouliguen
Une vue insolite d'une rue du Pouliguen
Une vue insolite du Pouliguen

crédits photos: Yann Vernerie