le glacier Marinelli en baie d'Ainsworth

Entre glacier et flore sauvage, la terre de feu est enfin là

La Terre de Feu fait partie de ces endroits légendaires dont on entend parler depuis toujours. Et si cette région du globe est si particulière c’est surtout parce que c’est l’une des plus dangereuses du monde. Un lieu unique au monde car c’est ici que se trouve le Cap Horn. Naviguer en Terre de Feu n’est pas anodin, entre les glaciers et les fjords du bout du monde, se déroule une navigation aussi incroyable qu’inoubliable.

Le grand départ depuis Punta Arenas

Punta Arenas l'une des plus belles villes du Chili

Punta Arenas la ville du bout du monde

Lorsque l’on souhaite naviguer en Terre de Feu, tout démarre par un embarquement à Punta Arenas. Une ville chilienne assez intrigante qui se trouve sur le bord du Canal de Magellan. Cette ville portuaire semble assez insipide au premier abord. Mais plus on passe du temps à Punta Arenas et plus on comprend que le temps finira inlassablement par manquer. Cette ville vallonée semble impassible et pourtant Punta Arenas est le point de départ de nombreuses expéditions vers la Patagonie Chilienne et l’Antarctique.

Il existe cependant une compagnie chilienne qui est spécialisée dans ce type d’expéditions et il s’agit d’Australis. Une compagnie chilienne qui possède deux bateaux spécialement équipés pour naviguer et explorer la Terre de Feu. Autre point non négligeable, pour pouvoir mettre pied à terre il faut arborer un pavillon chilien. C’est d’ailleurs pour cela qu’Australis est la seule compagnie à proposer des expéditions à terre comme en mer sur cette zone que l’on appelle également la Patagonie Chilienne Antarctique.

D’autre part lors de ses navigations Australis procède à de nombreuses observations et enregistrements pour les scientifiques.

Terre de Feu et terre de glaciers

Un glacier en Patagonie Chilienne

Un glacier dans les hauteurs du canal Gabriel au Chili

Lorsque l’on quitte Punta Arenas et que l’on s’élance dans le détroit de Magellan on est très vite saisi par l’immensité du détroit. Et puis presque simultanément on ne peut s’empêcher de penser à ces premiers hommes qui firent le tour du monde. Des hommes qui risquaient vraiment leur vie et dont les chances de revenir vivant étaient réellement minces.

Aujourd’hui, sur le Stella Australis, ils sont peu à pouvoir s’imaginer les conditions dantesques que devait affronter les marins d’il y a cinq siècles. La nuit tombe petit à petit et le navire entre dans la nuit puis serpente entre les hauts-fonds, les caps et les phares et balises de la Terre de Feu. Un moment magique.

Départ de Punta Arenas, navigation de nuit vers la baie d’Ainsworth et les îlots Tuckers (jour 1 & 2)

Le glacier Marinelli, la forêt de Magellan dans la baie d’Ainsworth

la Patagonie chilienne antarctique en été

Dans les plaine de la baie d’Ainsworth au pied du glacier Marinelli

L’arrivée dans la baie d’Ainsworth est juste magnifique, une grande baie et des montagnes qui viennent s’enfoncer dans les eaux calmes des fjords de Patagonie. La baie d’Ainsworth est l’un de ces endroits au monde où l’on peut observer la nature qui est apparue suite à la fonte des glaces. C’est l’occasion également de découvrir la forêt de Magellan, une nature surprenante aux couleurs parfois étonnantes. Les régions polaires ont cette magie que l’on ne retrouve nul part ailleurs. Et dans les lointains l’immense glacier Marinelli nous rappelle que l’hiver sera bientôt de retour.

La forêt de Magellan dans la baie d'Ainsworth

Quelques arbres pétrifiés au pied de la forêt de Magellan

Les îlots Turkers et l’observation des manchots et des oiseaux

Trois manchots sur l'un des îlots Tuckers en Patagonie Antarctique Chilienne

Trois manchots sur l’un des îlots Tuckers en Patagonie Antarctique Chilienne

C’est sur quelques rochers perdu au milieu d’un fjord que l’on a la chance de pouvoir observer la vie. On y approche en canot pneumatique en gardant suffisamment de distance avec les oiseaux. Une eau qui avoisine les 8 degrés et des pluies qui s’abattent au même rythme que les sautes de vent. C’est cela qui vous attend lorsque l’on souhaite naviguer en Terre de Feu.

Un manchot en Patagonie Antarctique chilienne

Un manchot se séchant au soleil sur les îlots Tuckers

Le glacier Pia et les fjords glacés (jour 3)

Entre les montagnes de la Patagonie

Le vent s’engouffre dans les fjords majestueux de la Patagonie Chilienne

A la découverte de l’un des plus beaux glaciers du monde

Le glacier du fjord Pia

Les seracs du glacier Pia en Patagonie

C’est sans doute l’un des spectacles les plus uniques et les plus formidables au monde. Le Glacier Pia est une énorme rivière de glace qui vient mourir dans un fjord chilien. Celui-ci est d’une couleur verdâtre, car l’eau du fjord est chargée en sédiments.

Quelques glaçons dans l'extrême sud du Chili

Le Fjord Pia en Patagonie Antarctique au Chili

Le fjord des glaciers

Un glacier et une cascade, photo Yann Vernerie

L’incroyable glacier français dans l’avenue des Glaciers en Patagonie

Après la longue exploration du glacier Pia, il est temps de prendre la direction du Cap Horn, le point d’orgue du voyage. Pour ce faire le bateau emprunte donc l’avenue des glaciers. Un splendide fjord qui porte malheureusement le nom d’un centre commercial. Mais cela n’a aucune espèce d’importance puisque ce lieu est assez incroyable.

un des plus beaux glaciers de l avenue des glaciers

Une rivière de glace dans un fjord au Chili

Le Cap Horn et les terres du bout du monde

Le phare du bout du monde

Le phare du Cap Horn tout au bout de la Terre de Feu

Un cap mythique et un lieu tragique (jour 4 & 5)

Cap Horn, le bout du monde

En mer par près de 70 noeuds de vent

Une tempête au Cap Horn, la Terre de Feu est fidèle à sa réputation, photo Yann. Vernerie

Tout commence dans le petit matin blême la houle, les vagues et le vent. Une île est là impassible, surmonté d’un phare et de quelques antennes, le Cap Horn est là. Si proche que l’on pourrait presque le toucher. Et puis d’un coup le vent tourne et accélère, il ne sera pas possible de descendre à terre. Avec la nature il n’y a aucune compromission possible, pas d’arrangement.

Ce qu’il y a d’effrayant au Cap Horn ce sont les fonds marins qui remontent brutalement de deux milles mètres jusqu’à seulement cinq mètres de profondeur. Un relief qui remonte brutalement et qui soulève ainsi d’énormes vagues. C’est la géographie des lieux qui rend l’endroit absolument dantesque. Et puis il y a ce vent, un vent qui souffle d’Est en Ouest tout en accélérant le long de la côte chilienne. Résultat il n’est pas rare que les vents atteignent en hiver les 100 noeuds. Lors de notre passage le vent est monté à 70 noeuds avec des rafales à plus de 89 noeuds. Ce jour là, nous aurons même eu droit à une confirmation de la force du vent par la station météo chilienne.

Aucune crainte à avoir, nous nous trouvons entre le continent et le Cap Horn. C’est à dire que le navire est dans la baie de Nassau, un lieu qui est protégé un peu de la houle. D’autre part le vent et les courants nous repousse par le vent vers des fjords qui offrent une solide protection.

70 noeuds de vent en Terre de Feu

La mer déchaînée dans la baie de Nassau

La baie de Wulaia

La baie de Wulaia au Chili

L’incroyable baie de Wulaia en Terre de Feu

Avec la baie de Wulaia on tourne définitivement à la fureur de l’Océan pour se tourner vers la douceur de la baie de Wulaia. Un abri naturel ou le peuple des Yamanas a vécu pendant plus de 7 000 ans. Une communauté qui savait vivre en intelligence avec la nature. Tout d’abord malgré la position géographique, il faut savoir que les Yamanas vivaient entièrement nus. Autre point intéressant, ils ont mis au point la langue la plus élaborée connue à ce jour avec plus de 32 000 mots. Nudité et précision du langage d’un peuple méconnu, décidément ce monde regorge de secrets et de mystères.

La Patagonie chilienne

Dans les plaines de la Patagonie chilienne

L’arrivée à Ushuaia

Escale à Ushuaia

Dans les rues d’Ushuaia en Argentine

Ushuaia, l’une des villes les plus emblématiques d’Argentine, est située le long du canal de Beagle. Mais c’est surtout le port qui marquera pour la fin d’une expédition polaire inoubliable.

Le port d'Ushuaia en Argentine

L’arrivée dans le port d’Ushuaia

A lire pour préparer votre navigation en Terre de Feu :

Un Albatros volant en terre de Feu

Un Albatros dans la baie de Nassau en Terre de Feu

Pour préparer ou accompagner votre croisière australe, voici deux livres qui transcrivent en mots ce que l’on peut ressentir lorsque l’on navigue à des endroits si particuliers.

– « Le premier tour du monde de Magellan », d’Antonio Pigafetta, aux Editions Tallandier.

– « Parce que le Horn est là », de Miles Smeeton aux éditions Arthaud.

Remerciements: Australis, Dominique & Sokha

www.australis.com est une compagnie maritime qui possède deux navires et qui est spécialisée dans les expéditions polaires en Terre de Feu. Chaque jour des expéditions sont organisées afin d’emmener les passagers au plus près des trésors naturels de la Terre de Feu. Glaciers, découverte de la faune et de la flore avec des guides et toujours dans le respect de l’éco-système.

Crédits photos: Yann Vernerie

Yann Vernerie, auteur du site voyage escaledenuit.com

Yann Vernerie, Naviguer au Cap Horn avec Australis