Depuis quelque temps déjà certains sites spécialisés dans les rumeurs et le articles racoleurs, nous expliquent que la mer est dangereuses. « Si vous voyez des vagues carrées sortez de l’eau ». Déjà en mer les vagues carrées ça n’existe pas, on parle de mer croisée. Et les mers croisées sont plutôt rares sur le littoral. Pour rencontrer ce genre de phénomène il faut être plutôt être du genre aventurier ou s’engager sur des courses à la voile autour du monde.

Toute la vérité sur les vagues carrées

Le phénomène de la houle croisée

Toute la vérité sur les vagues carrées

Les vagues croisées ne sont pas dangereuses

Les vagues ne sont jamais très dangereuses tant qu’elles font moins d’un mètre. Donc avant de s’intéresser à des phénomènes particuliers il est bon de se dire que plus les vagues sont hautes et plus il y a de courant. Et oui car lorsque la vague a fini sa course sur le rivage elle repart vers le mer tout simplement. Et cela ne se voit pas car l’eau arrive sur la plage en forme d’ondulation (oui c’est une vague) et elle repart sous forme de courant vers « le large ».

Donc plus les vagues sont hautes et plus le courant est fort. D’ailleurs si vous constatez des trous dans le sable lorsque vous vous baignez ou à marée basse, c’est le courant qui a été crée par les masses d’eau qui repartent vers le « large ».

Le danger, ce sont les grosses vagues !

Donc que les vagues arrivent sur le littoral de façon croisée ou qu’elles soient linéaires, le plus important c’est d’être attentif à leur hauteur et à leur force. Le danger c’est la hauteur de la vague et sa puissance un point c’est tout.

Toutes les vagues n’ont pas la même taille et toutes les vagues n’ont pas la même puissance. Jusqu’à un mètre, le plus important est de toujours rester à un endroit où l’on a pied. Nous avons vu plus haut dans cette article que le problème c’est le courant causé par les vagues. Donc le fait qu’elles arrivent sous une forme géométrique, n’est pas un souci. Car le problème avec les vagues c’est avant tout leur taille.

Le principe de mer croisée, c’est au large qu’il faut aller

Pour que des vagues se croisent il faut que deux houles arrivent de deux directions différentes. Il faut être en mer et de préférence sur une zone de rencontre entre deux océans. Le Cap Horn, le Cap de Bonne Espérance et l’océan Indien offrent par moment de belles mers croisées. Tous ses endroits sont considérés comme étant les mers les plus dangereuses de la planète.

Le problème c’est donc lorsque deux houles arrivent de directions différentes. Mais en temps normal elles ont toujours tendance à s’agréger et à aller ensemble dans une nouvelle direction.

Les photos utilisées pour illustrer ce grave phénomène sont des photos prise au pied du phare de l’île de Ré. De mémoire de marins je n’ai jamais vu quelqu’un se baigner en pleine mer. Hormis quelques plaisanciers des jours sans vent.

Les vagues carrées analyse d’un Hoax

Des vagues carrées sans danger

Si vous voyez des vagues carrées sortez de l’eau

Jouer sur la similitude avec les Tsunamis

Lorsque vous avez été hameçonnés par l’histoire des vagues carrés et le titre aguicheur, le risque décrit dans l’article n’est pas flagrant. Et pour cause, l’idée était de jouer sur de vagues souvenirs de la tragédie qui toucha l’Asie du Sud-Est en décembre 2004. Avant un tsunami, l’eau se retire sur plusieurs dizaine de mètres. C’est en fait un phénomène de marée basse qui intervient parfois juste après un tremblement de terre et juste avant le raz de marée.

Ceux qui évoquent la dangerosité des vagues carrées laissent entendre que ce phénomène est le signe de quelque chose de bien plus terrible. Alors qu’une mer croisée reste une mer croisée. Et les vagues carrées commencent à poser un problème à partir de 4 ou 5 mètres de hauteur et surtout lorsque ces mêmes vagues vont commencer à déferler.

L’utilisation de l’impératif « Sortez de l’eau »

Ce qui est intéressant avec le titre c’est qu’il fait appel plutôt à notre cerveau reptilien. On est dans le domaine de l’injonction. Sortez de là, cliquez sur ça et ça marche dans la plupart des cas.

L’amplification du contenu

Sur internet, il y a tellement de contenu qu’il faut parfois passer par des biais détournés pour être lu. En passant par des réseaux sociaux où en achetant des emplacements publicitaires sur des sites.

Donc une fois que vous avez le titre, la collusion avec le phénomène du tsunami qui est plus ou moins ancré dans les mémoires, alors il suffit de diffuser le lien le plus possible, pour faire des vues…

crédits photos: Yann Vernerie