Pourquoi il fallait livrer les navires Mistral à la Russie !

BPC Mistral Sébastopol à livrer à la RussiePetit manifeste pour la paix et la livraison des Mistrals à la Russie.

Pourquoi il fallait livrer les navires BPC Mistral Sébastopol et Vladivostok à la Russie ?

Il y a quelques années la France se réjouissait de la signature d’un contrat d’armement avec la Russie, une mission jusqu’alors jugée quasi impossible.

La Russie généralement n’achète pas d’arme, c’est un pays qui produit tout lui-même. C’est d’ailleurs le premier pays exportateur d’armes dans le monde.

Vendre des bateaux à la Russie, c’est un peu comme vendre du sable dans le désert…

La parole de la France mis en doute.

Mais voilà? le Mercredi 5 août 2015 on apprend que la France rembourse les 2 navires à la Russie. Et pour éviter la débandade électorale côté Hollande, le montant de la transaction restera secret…

En tout cas on aura pu admirer toute la finesse de la stratégie de notre président qui bloque la livraison et qui va jusqu’à rembourser les navires.
En échange le coup de pression français a super bien marché puisque en Ukraine … Ah bah non, rien a bougé.
Il faut croire que l’on espère que le démantèlement des 2 Mistrals va créer des emplois à Saint-Nazaire.

Voilà voilà, la France a les mains propres. On va pouvoir dormir tranquille et continuer à donner des leçons de savoir vivre à la française.

En tout cas, difficile de croire à une victoire diplomatique de la France. Ce qui aurait vraiment handicapé les russes, ça aurait été de récupérer les 2 navires, mais là ils récupèrent du Cash, de belles liquidités pour financer d’éventuelles actions en Ukraine. Et les généraux russes qui avaient critiqué en OFF le président Poutine n’ont plus qu’à s’incliner devant le maître du Kremlin.
40 ans de guerre froide, ça forme au talent de la négociation et des pressions psychologiques…

On espère juste que le prochain gouvernement français ne gèlera pas les ventes de rafales.
(En filigrane il fallait noter que c’est Sarkozy qui avait vendu les mistral à la Russie, l’anti-sarkozysme du nouveau président étant notoire ce fiasco n’était que trop prévisible, au quai d’Orsay les diplomates eux s’en mordent les doigts, en Off biensûr)

PS: démanteler ça veut dire découper en morceaux. Les bruits circulent, 2 bateaux Mistral à Quai coûteraient 1 million d’euros par mois… Quand on vous dit que les frais de port ça coûte cher.

Néanmoins pour éteindre la révolte qui couve, le président Hollande a fait un déplacement éclair en Egypte,
les communicants ont alors distillé de très discrets messages informatifs afin de minimiser l’effet désastreux du milliard d’euros balancé par la fenêtre par notre président bien aimé. L’Egypte serait intéressée par l’achat d’un Mistral au moins! En contrepartie les marins égyptiens accepteraient d’apprendre le russe pour être capable de manœuvrer et de vivre sur un bateau ou 100% des inscriptions sont en russe.Les marins egyptiens accepteraient également de naviguer avec le chauffage en position 2.
(le chauffage avait été légèrement surdimensionné par les amiraux russes…)

L’arroseur arrosé.

La position de la France est intenable, un contrat a été signé, des paiements ont eu lieu, la livraison devait intervenir au plus vite.
Pour rappel plus de 80% des sommes avaient été versées.

« On est ok, pour vous vendre des armes si vous ne les utilisez pas »

Dans ce contexte comment se réjouir de la vente d’arme à l’Inde ?
Notamment dans le cas du rafale, que fera la France si l’Inde l’utilise dans le cadre d’une opération d’un conflit territorial au Cachemire avec le Pakistan?

Ne pas livrer les navires Vladivostok et Sébastopol à la Russie aura un coût économique pour la France.
La France dont le gouvernement se bat pour aller chercher tous les jours quelques millions d’impôts supplémentaires, quelques millions d’économies sur la dépense publique mais qui sans vergogne se permet de mettre 1 milliard d’euros à la poubelle.

Les américains ont-ils stoppé la construction d’une usine clef en main en Russie pour l’assemblage d’Hélicoptères militaires?
Par contre les USA sont intervenus très vivement pour que nos 2 navires français ne soient pas livrés aux russes…

La question ukrainienne pour les nuls, petits rappels historiques.

Pour les russes, l’Ukraine c’est la Russie.

L’Ukraine est en effet le berceau de la Russie. Kiev en est l’ancienne capitale.

Cette proximité entre ces deux pays se traduira en 1954 par un décret de Krouchtchev fit don de la Crimée à l’Ukraine.

Mais à l’époque ce don était purement symbolique puisque les républiques étaient liées par l’URSS.

Ce que ne comprennent pas nos contemporain, c’est qu’à l’époque donner la Crimée à la Russie, c’était un peu comme ouvrir un compte joint à la banque avec sa femme.

Aujourd’hui le divorce est consommé, l’Ukraine veut rejoindre l’Union Européenne et peut-être l’OTAN.

Démocratie je m’en balance.

Le plus étonnant dans cette histoire c’est que personne, mais vraiment personne ne raisonne vis à vis du droit.

Tout commence en Ukraine avec Maidan, des manifestations massives contre une décision du président ukrainien de ne pas intégrer l’Union Européenne.
Il faut dire que les ukrainiens sont entraînés, la révolution orange effectuée il y a quelques années avait montré à tous qu’une mobilisation forte pouvait avoir des résultats probants.

Néanmoins est-il normal de voir un président légitime et élu par le peuple être chassé du pouvoir par une poignée de manifestants? (lorsque l’on compare les manifestants au peuple ukrainien tout devient plus relatif)

Est-ce démocratique de forcer un président démocratiquement élu à partir? et ce sans qu’aucune charge n’ait été émise à son encontre.

La réponse est non. Un président élu doit aller jusqu’au bout de son mandat. Libre à la justice de le juger dans le cas où il aurait enfreint les règles de son pays.

Lorsque le président est démis par le peuple ukrainien et quelques députés, la colère de Moscou est alors très forte.

« Comment les occidentaux peuvent accepter qu’un président démocratiquement élu soit limogé sans faire appel aux urnes ni même respecter aucune règle prévue par la Constitution ukrainienne? »

Ironie de l’histoire en France le président Hollande se trouve confronté à des manifestations records dans le cadre au projet de loi mariage pour tous. 1 million de français dans la rue, une popularité très basse.
Mais pour tous les observateurs le départ du président Hollande est inconcevable, il a été démocratiquement élu il doit rester. Quitte à mettre sous contrôle judiciaire les quelques trublions veilleurs qui troublent l’ordre publique.

retour en Ukraine en passant par le Kosovo

Le départ du président ukrainien pro-russe a été donc très mal vécu par la Russie. Mais un autre sujet vient télescoper la question de la Crimée, il s’agit du Kosovo et de la liberté des peuples à décider d’eux mêmes.

Le Kosovo est une petit province serbe occupées part des albanais.
Dans le cadre du règlement du conflit les américains propose la création d’un nouvel état : le Kosovo.

Cette question irrite Moscou, la Serbie est l’alliée indéfectible de la Russie. La Première guerre mondiale à pour origine l’assassinat de François Ferdinand, c’est sur ce casus Belli que Pierre 1er de Serbie déclara la guerre et que la Russie et la France entrèrent dans le conflit via le jeu des alliances militaires et politiques.

La Serbie est donc un allié de la Russie qui se voit dépouillée d’une de ces provinces. Les américains mettent alors en avant la démocratie pour expliquer cette décision et organisent un referendum…

La réponse du berger à la bergère

Plus de 10 ans après les faits, les russes ont gardé en mémoire ce fâcheux incident.

L’Ukraine n’a plus de président, des troubles éclatent en Crimée.
« On décide » alors d’y organiser un référendum comme pour le Kosovo.

La réponse du peuple est unanime a plus de 90% la Crimée qui n’a jamais compris son annexion à l’Ukraine, vote pour l’indépendance.

Oui mais en démocratie, lorsque les règles ne servent pas les intérêts des américains, il ne s’agit pas de démocratie…
Et le fameux slogan de la liberté des peuple à l’autodétermination à des limites que seuls les États-Unis connaissent.

Là où il y a des bases militaires russes, il y a la guerre.

C’est un constat édifiant, la guerre est présenté en Ukraine et en Syrie, 2 pays où la Russie possède des bases militaires navales.

Sébastopol en Ukraine et Tartous en Syrie.

L’embarras du Kremlin est à son comble, l’Ukraine souhaite rentrer dans l’OTAN et en Syrie les américains militent également pour un changement de régime.

Les russes peuvent donc potentiellement perdre à terme non pas une base militaire, mais DEUX.
C’est inconcevable et Moscou ne lâchera jamais.

Et d’ailleurs quel pays serait-il prêt à renoncer à des bases navales aussi stratégiques?

Voilà la quadrature du cercle est désormais terminée.

Rien ne pourra empêcher les Russes d’agir en Ukraine ou en Syrie.

Lier la question de la livraison des navires Mistral à la question ukrainienne est une méconnaissance totale de la géopolitique.
Vous en doutez? Ce n’est pas grave.

Interrogez donc en off les diplomates français du quai d’Orsay.

Interrogez les militaires français, ils vous expliqueront que les plans ont été transmis aux russes et qu’ils peuvent dorénavant construire eux mêmes ces bateaux.

« Si vis pacem, para bellum »

Vouloir affaiblir la Russie en ne livrant pas 2 bateaux, c’est utopique et politiquement c’est une faute.

Que vaudra demain la parole de la France sur le plan international?

crédits photos : Escaledenuit.fr