L’incroyable histoire de Pen Duick, le voilier de Tabarly

Le pont est le seul élément qui est resté entièrement d'origine
Sur le pont du fabuleux Pen Duick

Pen Duick une histoire hors norme

Pen Duick, l'un des voiliers les plus mythique de l'Hexagone
Pen Duick à quai au port de la Baule

Le voilier Pen Duick, Eric Tabarly l’a reçu de son père en 1952. Le seule problème c’est que ce magnifique voilier croupit depuis 1947 dans l’arrière port ou dans une vasière de la Trinité sur Mer. Si le bateau s’était retrouvé là c’est parce qu’il devenait tout simplement impossible de naviguer en toute sécurité sur un voilier mal entretenu de plus de 50 ans.

Pen Duick, Eric Tabarly en aura pris soin toute sa vie, il y a consacré tout son argent et c’est aussi sur ce bateau qu’il aimait tant qu’il a perdu la vie. L’histoire de ce voilier est incroyable. Tout commence en Irlande, à la fin du XIX siècle par un coup de crayon de génie de William Fife et par des navigations le long des côtes bretonnes.

L’histoire du voilier

Le nom du voilier est intimement lié à un marin d’exception. C’est aussi une histoire d’amour entre les français et l’univers de la voile. Eric Tabarly disait de Pen Duick, ce n’est qu’un bateau… Néanmoins ce plan Fife de 15 mètres de long est une oeuvre d’art qui appartient à l’histoire et à l’imaginaire des français. Ce superbe voilier est donc logiquement classé monument historique.

Un hublot sur Pen Duick 1
Un hublot sur le pont de Pen Duick

Un voilier qui a eu une vie avant d’être accueilli par la famille Tabarly

Ce bateau dessiné par William Fife est construit en 1898, soit un an avant le Shamrock un autre voilier dessiné par le même architecte pour la Coupe de l’America.

La disparition d’un marin d’exception

Un joli plan Fife répondant sous le nom de Pen Duick
La belle étrave de Pen Duick un bateau très effilé

Mais l’histoire de Pen Duick c’est aussi une tragique navigation du mois de juin 1998. Eric Tabarly se rendait a un rassemblement de vieux gréements en Irlande. Le vent devint assez fort et il fallait réduire la voilure. Prendre un ris sur un vieux gréement est toujours un peu périlleux. Le bateau est face au vent et bôme balaye le pont. Dans ces conditions le bateau est brinquebalé dans la houle car il n’a plus la puissance des voiles pour appuyer son passage des vagues.

Une tragique prise de ris

Le pont et Pen Duick
Le pont épuré de Pen Duick et le fameux capot de la descente de cockpit

Dans la nuit du 12 au 13 juin 1998, alors qu’Eric Tabarly a renvoyé tous ses passagers inexpérimentés dans le carré, il se retrouve seul sur le pont en mer d’Irlande. Alors qu’il affale une partie de la grand voile, il est frappé par la bôme, dérape sur un coffre et il finit à la baille.

A l’intérieur, les passagers n’en mènent pas large. Il faut dire que ce voilier n’est pas vraiment étudier pour naviguer dans la houle. Au bout de quelques temps, ne voyant pas Eric Tabarly revenir et n’entendant plus ses pas sur le pont, les passagers s’inquiètent. Le bateau continue d’être malmené par les vagues et la manœuvre s’éternise. En regardant à l’extérieur les « équipiers » passagers comprennent qu’il s’est passé quelque chose de terrible pendant la prise de ris. Sur le pont il n’y a plus personne, Eric vient probablement de passer par dessus bord.

Nous aurions tous aimé être en mer à ce moment là. Apercevoir Pen Duick dans les lointains, se rapprocher pour admirer le voilier et repêcher Eric Tabarly.

Mais avec la houle et une eau à 14 degrés il est compliqué de survivre dans de telles conditions. Et il sera quasiment impossible pour les passagers de faire demi-tour pour retrouver un homme à la mer. A 67 ans un grand marin s’en est allé, mais il paraît que les légendes ne meurent jamais.

Le renaissance de Pen Duick

Un navire exceptionnel au Pouliguen
Pen Duick glissant sur l’eau à l’entrée du port du Pouliguen

Avec Eric Tabarly et la saga de ses voiliers de courses, Pen Duick est devenu une marque et une légende. Mais derrière ses lignes parfaites, ce voilier cachait bien son jeu. Car depuis de longues années ce bateau souffrait d’un problème de structure. A tel point qu’il devenait pratiquement impossible de trouver un assureur pour assurer le bateau. Naviguer dans ces conditions devenait impossible c’était soit la terre ferme ou une restauration en bonne et due forme, une rénovation complète et couteuse.

La rénovation de la coque

Eric récupère le bateau de son père, il est abîmé et il faut le rénover. Pour ce faire il choisit de partir faire son service militaire en Indochine car la solde des militaires y est deux fois plus importante. Lorsqu’il revient d’Indochine il va voir Gilles Constantini, un ami. Et pour éviter de dépenser trop d’argent, Tabarly décide le mettre à niveau avec des techniques modernes. Il retourne son voilier, il applique sur l’extérieur de la coque une couche de résine de polyester et de fibre de verre. Et à l’intérieur il remplace par exemple des membrures en bois endommagées par des membrures en contre-collé. C’est ainsi qu’Eric Tabarly devint le deuxième architecte de Pen Duick.

Dans les années 90, un journaliste de FR3 venu interviewer Eric sur son voilier lança une question hasardeuse. « On vous voit poncer le pont de votre voilier, vous aimez entretenir votre bateau? » Eric avait répondu du taco-tac « Non je n’aime pas cela, mais il faut bien le faire ».

Ce que l’on ne vous dira pas forcément sur la rénovation de 1958 – 1989

Pen Duick à quai à la Baule
Le splendide voilier Pen Duick dans le port de la Baule, le Pouliguen

Un petit arrangement avec la mécanique des forces aurait pu être fatal au bateau. Lorsque Eric Tabarly identifie un défaut structurel au niveau de la quille, il installe des membrures pour consolider ce bateau mythique. La réparation n’est pas forcément enseignée dans les écoles d’architecture naval mais elle tient le coup. Avec un système de membrures stratifiées et fixées à la coque, Eric renforce la structure. Et lorsque le système D montre des signes de fragilité, il rajoute de nouveaux renforts en empilant de nouvelles membrures qui sont fixées sur la coque de plus en plus haut. C’est alors que la coque du navire commence à montrer des signes de faiblesse.

Cet imbroglio de renforts est finalement à l’origine d’une impasse. Et une reconstruction totale s’impose alors.

La rénovation de 2017 – 2019

Les membrures du Pen Duick et l'époxy
L’intérieur de Pen Duick après la rénovation

Pour refaire la structure du voilier les charpentiers vont appliquer à l’extérieur une résine époxy et à l’intérieur ils installent des membrures. Les membrures sont en fait de fines pièces de bois en frêne collés entre elles. Ce sont ces membrures qui sont à la base de la charpente du navire.

Pen Duick un bateau hors du commun
La coque mise à nue de Pen Duick pendant le salon nautique

A l’occasion du salon nautique de Paris le voilier avait été exposé lors de l’édition de 2018. Une occasion inespérée de faire des photos uniques. L’histoire de « Pen Duick 1 » continue. Une cagnotte a été lancée en ligne c’est elle qui a permis de financer une partie de la rénovation.

Pen Duick au salon nautique de Paris
La proue du mythique voilier Pen Duick

La fiche technique de Pen Duick (ex-Yum)

Caractéristiques de la coque

Architecte:  William Fife Junior

chantier de construction : N&J Cummins et Bros

Première mise à l’eau : 1998 à Carrigaloe en Irlande

Longueur hors tout : 15,40 mètres

Flottaison : 10,04 mètres

Longueur de la coque: 10,04 mètres

Largeur : 2,95 mètres

Tirant d’eau : 2,15 mètres

Poids total : 11 tonnes

Lest 6 tonnes

Voilure

Type de gréement : aurique

Surface au près: 162 mètres carrées

Superficie de la grand-voile : 76,5 mètres carrés

Surface du clin foc : 20,13 mètres carrés

Superficie de la trinquette :  17,20 mètres carrés

Surface du foc de route : 19,6 mètres carrés

Tirant d’air : 14,7 mètres

Diverses informations sur Pen Duick

Numéro d’immatriculation : LO D30190

Port d’attache : Cité de la voile de Lorient

Un croquis du superbe Pen Duick
Pen Duick un voilier hors norme

crédits photos: Yann

dernière mise à jour le 1er octobre 2020