La liste des églises brûlées en France

Les églises catholiques semblent connaître une recrudescence d’incendies. Qu’ils soient d’origines criminels ou accidentels, ils ont été recensés dans une liste, qui sera tenue à jour pour suivre l’évolution de la situation des églises brûlées en France.

Un épais nuage de fumée s'échappant de Notre Dame en feu le 15 avril 2019
Un épais nuage de fumée s’échappant de Notre Dame en feu le 15 avril 2019

L’église Saint-Paul, quartier de Wazemmes, Lille

Le 3 mai 2021, c’était au tour de l’église de Saint-Paul de connaître un départ d’incendie au niveau de la sacristie. La police nationale a immédiatement mius en garde la population sur les rumeurs d’incendie d’origine criminel.  En effet toutes les portes de l’église étaient fermées et les pompiers ont même dû fracturer une porte pour pénétrer à l’intérieur de l’église. A suivre…

L’église Saint-Aubin à Romilly-la-Puthenay (Eure)

Un samedi matin vers 6 heures une église du département de l’Eure a été ravagée par les flammes. A l’intérieur de l’église se trouvait un superbe retable en bois sculpté qui avait la particularité d’être également doré. Celui-ci est malheureusement parti en fumé. L’église a entièrement pris feu. La toiture, le clocher et la charpente ont entièrement brûlé, il ne reste plus que les murs qui soient restés debout. (17 avril 2021)

La collégiale d’Avesnes-sur-Helpe, le 5 avril 2021

Lors que ce bâtiment religieux du nord de la France a pris feu, le jour du lundi de Pâques, la thèse de l’incendie criminel a été immédiatement privilégiée par les enquêteurs. Et c’est en partie grâce aux caméras de vidéo-surveillance que les forces de l’ordre ont pu interpeller le suspect. Celui-ci s’était garé juste en face du parvis de la collégiale d’Avesnes sur Helpe avant de partir, un sac à la main vers l’église. Avant de mettre feu à l’église celui-ci avait interrogé une passante sur l’heure de fermeture du bâtiment. Intriguée elle n’avait pas hésité à en informer les gendarmes. La vidéo et le temoignage ont donc permis selon le quotidien la Voix du Nord a apréhender le suspect. Un homme visiblement dérangé puisqu’il aurait déclaré aux enquêteurs « se raser les sourcils pour ne pas que les sattelites entrent en contact avec lui ». Véritable fou ou criminel essayant de se faire passer pour un illuminé, cela reste difficile à dire. Mais toutes les hypothèses sur le profil du suspect restent envisageables.

Concernant l’édifice, c’est principalement des chaises et des tableaux qui ont pris feu. Les murs de la collégiale sont noircis par les fumées et sont la pour témoigner de la réalité de l’incendie.

La cathédrale de Nantes, 18 juillet 2020

Suite à son incendie la cathédrale de Nantes est en travaux
Suite à son incendie la cathédrale de Nantes est en travaux

Lorsque les français apprennent que la cathédrale de Nantes est en feu, ils sont sous le choc. Premièrement parce que cela arrive un peu plus d’un an après le triste incendie de Notre-Dame de Paris, mais aussi parce que cette cathédrale avait déjà subit un incendie qui avait ravagé sa toiture.

L’incendie qui a emporté le grand orgue de la cathédrale est dû à un bénévole rwandais en situation irrégulière. Celui-ci était pris en charge par l’évéché de Nantes qui lui avait d’ailleurs mis à disposition un hébergement. Il vivait avec des membres du clergé de Nantes. Mais malgré un profil ,qui semblait irréprochable, quelques jours après l’incendie, cet homme de 39 ans est passé aux aveux. Les enquêteurs avaient nottament relevé des traces de composants hautement inflamables. C’est ce qui les avaient poussé à continuer leurs interogatoires autour des dernières personnes à avoir fréquenté l’établissement. A noter que ce ressortissant rwandais avait reçu une notification de quitter le territoire en novembre 2019 (source: Presse-Océan). Il aurait donc fini par incendier une cathédrale pour « matérialiser sa détresse ».

La cathédrale de Rennes, le 12 juin 2020

Pendant la nuit du 12 au 13 juillet vers 1h50 du matin, un incendie a touché la cathédrale de Rennes. En effet des pompiers ont dû intervenir pour éteindre un incendie qui s’était déclaré devant l’une des portes de la cathédrale. Le caractère volontaire de l’incendie ne faisait donc aucun doute. D’ailleurs un jeune homme de 22 ans fut interpellé avant de passer en jugement en septembre de la même année. Devant le manque d’éléments la justice préféra relaxer le jeune homme après selon Ouest France, un procès qui se serait passé dans un climat assez tendu. Le procureur aura quant à lui fait état d’une dynamique criminelle avant de demandé trois années d’emprisonement. Fort heureusement et malgré « la conviction du procureur » la justice n’a pas suivi ces réquisitions. La jeunesse a donc encore de beaux jours devant elle.

Les dommages liés à l’incendie ne concernent que la porte arrière de la cathédrale et ils auraient été estimés à un peu plus de 40 000 euros.

L’église Notre Dame de Grâce à Eyguières, 21 avril 2019

Un adolescent de 15 ans qui souffrirait de troubles psychologiques a été arrêté et déferré devant un juge suite à l’incendie d’une partie de l’église d’Eyguières.

Cette église datant du XVIII ème siècle et se trouvant dans les Bouches du Rhône (13), a donc été incendiée un dimanche après-midi vers 16h40. Le confessionnal et les meubles qui s’y trouvaient ont été complètement détruits. Mais selon France Bleu Provence, l’intervention rapide d’un riverain puis des sapeurs pompiers a permis d’éviter le pire. A noter qu’une estrade en bois à droite de l’autel a eu également le temps de prendre feu.  Un vitrail de l’église, datant du XVIII ème siècle, a été également totalement détruit par l’incendie.

Sans l’intervention du riverain, Joël Jouve, un judoka de haut-niveau est intervenu d’abord en jettant deux sceaux d’eau sur le feu jusqu’à l’eau des bénitiers. Puis grâce aux extincteurs du cinema tout proche, il a pu empêcher la propagation de l’incendie en attendant l’arrivée des pompiers. Le maire, Henri Pons a été ferme sur ce point, sans l’intervention de cet habitant les dégats auraient été plus graves.

Notre Dame de Paris, le 15 avril 2019

Le mystérieux incendie de Notre Dame de Paris dans la nuit du 15 au 16 avril 2019
Le mystérieux incendie de Notre Dame de Paris dans la nuit du 15 au 16 avril 2019

En fin de journée vers 18 heures, l’information est en train de tourner en boucle sur les radios. La cathédrale Notre Dame de Paris est en feu. Un feu qui a démaré au niveau de la charpente alors que d’important travaux de rénovation était en cours. Finalement c’est toute la charpente qui sera détruite et seuls les murs resteront debout. Les deux tours où se trouvent les cloches ne devront leur salut qu’au courage incensé de la trentaine da sapeurs-pompiers qui sont intervenus dans cette partie de la cathédrale pour tenter de circonscrire l’incendie.

L’église Saint-Sulpice à Paris, mars 2019

Le 17 mars 2019, c’est au tour de l’église Saint-Sulpice d’être touchée par un incendie. Le feu était localisé au niveau de la porte monumentale de Saint-Sulpice. Même si les pompiers sont intervenus très rapidement pour arrêter l’incendie, les dégâts se montaient à 900 000 euros. D’après le site d’information RTBF qui s’interesse à vérifier les faits sur les incendies d’églises en France, le caractère criminel de cet évènement ne fait aucun doute.

La cathédrale Saint-Alain de Lavaur, février 2019

Pour ce nouvel incendie touchant un édifice chrétien, il faut se rendre dans le Tarn. En ce mardi 5 février 2019, un départ de feu a eu lieu dans la belle cathédrale Saint-Alain. La crèche a été complètement détruite par les flammes et fait assez étrange pour être signalé, un crucifix avait été posé à l’envers sur l’autel. Ce qui semblait être alors la signature non équivoque d’un acte anti-chrétien. A noter qu’une statue représentant Jésus Christ avait été également endommagée. Selon le site d’information RTBF il s’agirait de deux jeunes lycéens de 17 ans qui seraient à l’origine des détériorations.

L’église Saint-Jacques de Grenoble, janvier 2019

En janvier 2019, on pouvait lire dans les médias locaux que l’incendie de cette église d’Isère était accidentel. Néanmoins les médias tels que France Bleu, la Croix et France 3 Région on pouvait lire, 9 mois plus tard, que l’incendie était en fait d’origine criminelle. C’est à dire qu’il n’y a pas eu d’auto-combustion mais que des criminels ont sciemment mis le feu à l’édifice religieux pendant la nuit du 16 au 17 janvier 2019. Et c’est ainsi que l’église Saint-Jacques de Grenoble a rejoint la liste des églises brulées ou incendiées en France.

Pour information l’incendie de l’église de la rue Chamrousse avait été revendiqué par un groupe anarchiste dès le 22 janvier 2019. Les traces de carburant et le minutieux travail de la police ont permis de confirmer l’origine criminelle de l’incendie.

Eglise Sainte-Foy de Lyon (tentative d’incendie 28 janvier 2019)

Un quadragénaire qui comptait 23 antécédants judiciaires brisa un prie-dieu puis tenta de mettre le feu à l’église. Pour se faire il avait mis le feu à une nappe pour faire brûler l’autel de l’église. Le même jour cet homme, dont l’identité n’a pas été révélée, fut interpellé par la police. Ce quadragénaire défavorablement connu des services de police a été placé en milieu psychiatrique. On peut tout de même se demander pourquoi il aura fallu attendre la vingt-quatrième interpellation pour que soit miraculeusement retenue l’irresponsabilité judiciaire pour cause de troubles mentaux. (A noter qu’en droit français une tentative d’incendie est jugée au même titre qu’un incendie. La justice ne s’interessera pas à  « un acte qui a réussi » mais l’intention de commettre un crime ou un délit. En d’autres termes la justice n’est donc pas un jury de patinage artistique officiant aux JO).

Eglise Saint-Vaast de Béthune, juin 2018

Difficile de savoir comment l’église a pris feu lors de cette journée de juin 2018. Néanmoins le départ d’incendie a été maîtrisé par les pompiers qui ont pu intervenir suffisament tôt. Cela n’empêche pas de comptabiliser ce bâtiment religieux catholique parmi la liste des églises brûlées en France.

Eglise Notre-Dame-des-Grâces de Revel, juin 2018

Un incendie s’était déclaré dans une église de Haute-Garonne (31) le jeudi 7 juin 2018. Heureusement pour l’église Notre Dame il avait été rapidement été maîtrisé. Le sacristain qui était sur les lieux avait pu maîtriser l’incendie grâce à un extincteur. C’est également lui qui donna le signalement à la police d’un homme barbu d’une cinquantaine d’années. Des cannettes de bières avaient également été retrouvée à l’intérieur de l’édifice religieux.

Cet homme avait pu être rapidement interpellé, mais par manque de preuve il avait dû être relaché. Ce même homme dont on ignore l’identité a finalement été confindu par les enquêteurs. Ils ont donc fait la route de Revel pour Marseille pour l’arrêter. (la ville de Marseille étant devenu son nouveau lieu de résidence). L’homme interpellé à Marseille a finalement été condamné par le tribunal correctionnel de Toulouse à un an de prison dont 6 mois ferme avec mandat de dépôt à l’issue de l’audience. 

A noter que Notre Dame des Grâces de Revel est classée aux Monuments Historiques. (Adresse: 39 rue Notre Dame, 31250 Revel)