Comment survivre à une morsure de serpent ?

Les serpents causent chaque année plusieurs dizaines de milliers de morts. L’OMS estime que chaque année ce sont près de trois millions de personnes qui se font mordre par les serpents. En fonction des années le nombre de morts varie généralement entre 80 000 et 130 000 morts. Parce que le fait de se faire mordre par un serpent en Asie ou en Afrique est une éventualité à envisager. Voici un guide pour vous aider à gérer et à survivre à une morsure de serpent.

La morsure de serpent, comment l’éviter ?

Dans les alentours des temples cambodgien autour de Siem Reap
Difficile de différencier les racines et les serpents

– faire du bruit lorsque l’on marche

Lorsque l’on marche dans des endroits peu sûrs, on va généralement chercher à faire du bruit en marchant en tapant des pieds sur le sol. Mais aussi on va ralentir un peu son train afin de se laisser plus de temps pour découvrir ce qui nous entoure.

– éviter les zones denses et les herbes hautes

Dès qu’il y a beaucoup de végétation ou des herbes hautes il y a un risque de se faire mordre par un serpent. Si vous être contraint de marcher dans des zones où la végétation est plus où moins dense, prenez un baton pour marcher. Cela vous permettra d’éloigner le serpent où de lui assener un bon coup derrière la tête.

Vous vous êtes fait mordre, que faire ?

Si par inadvertance ou pas mégarde, vous n’avez pas respecté les règles élémentaires de sécurité et que vous où l’un de vos proches s’est fait mordre, alors il va falloir suivre un protocole très strict dans le seul but de rester en vie.

Garder son calme

Dans les instants qui suivent la morsure, il est très important de garder son calme. Et dans la mesure du possible d’essayer de mémoriser à quoi ressemble le serpent qui vient de mordre. Si l’on est témoin et que l’on a un appareil photo avec un zoom, le mieux de prendre le serpent en photo. Cela pourra servir plus tard aux équipes de soignants et gagner du temps.

Il est également important de s’éloigner de la zone où a eu lieu l’attaque. En effet, on l’imagine difficilement mais le serpent peut passer à l’attaque de nombreuses fois, pour vous injecter encore plus de venin.

Et pendant tout ce temps, vous devez vous concentrer sur votre respiration pour garder votre calme et éviter la propagation du venin dans tout votre corps. En respirant lentement, en évitant de céder à la panique, on va augmenter considérablement les chances de survie. Le corps est très résistant et il va pouvoir résister à la dose de venin. Sur les millions de personnes qui se font mordre chaque année seules deux à trois pour cents vont décéder.

Lorsque la personne mordue par un serpent est à l’ombre et allongée, généralement en position latérale de sécurité, on va chercher à mettre la partie du corps où il y a la morsure en dessous du coeur. Et ce afin de limiter encore la propagation du venin.

Un bandage pour se préparer à prendre la route ou attendre la secours

Avant de prendre la route pour le centre de soin le plus proche, il va falloir préparer la victime. On va donc bander assez fermement le membre qui a été mordu.

Généralement la morsure a lieu à la jambe ou à la main. A l’aide d’un bandage on va donc enveloper le membre en serrant un peu et surtout en remontant le plus haut possible. Et ce afin de pouvoir stopper la propagation du venin dans le corps. Il est inutile de serrer trop fort car le membre qui a été mordu va gonfler un peu.

Attention, il ne faut pas sucer le venin, ni faire de garrot cela pourrait s’avérer contre productif. Ouvrir la plaie est également inutile surtout lorsque l’on ne sait pas quel serpent est mis en cause.

Se rendre au dispensaire ou à l’hôpital le plus proche

Pour avoir une plus grande chance de survivre il vaut mieux se rendre dans le dispensaire le plus proche. Où mieux encore, avoir sur soi de l’anti-venin prêt à être injecté. Surtout lorsque l’on voyage en autonomie loin des zones urbaines. D’autre part dans certains pays pauvres, les hôpitaux de campagne n’ont pas les anti-venins en stock pour cause de budget insuffisant.

crédits photos: Yann Vernerie