Qu’est-ce qu’une moraine ?

On parle de moraine pour nommer les amas de pierres et autres débris  que l’on retrouve dans les glaciers.  Lorsque ceux-ci ont totalement disparu, ou lorsqu’ils se sont retirés, on utilise également le même terme.

Qu'est-ce qu'une moraine ?
La moraine médiane du Glacier Pia en Terre de Feu

La moraine et le glacier

Tout d’abord pour comprendre ce qu’est une moraine et pourquoi on retrouve des pierres dans un glacier il faut s’arrêter un instant sur le fonctionnement même d’un glacier.

Un glacier, même s’il semble immobile est avant toute chose une rivière de glace qui dévale la pente, de manière imperceptible, en emportant tout sur son chemin. Même si celui-ci semble immobile il avance. Les glaciers avancent également en fonction du climat, des saisons et de leur taille mais aussi et surtout en fonction de leur poids. Par conséquent toutes les pierres susceptibles d’être emportées par la glace le seront à un moment où à un autre. Et lorsque ce ne sont pas des pierres, le glacier détache parfois de la montagne d’énormes blocs de pierre ou des pans de falaises. Laissant ainsi des parois nettes et abruptes comme si elles avaient été coupées au couteau. On peut observer ce phénomène notamment dans les fjords qui sont en fait d’anciennes vallées glaciaires.

Les différents types de moraines

Les moraines du glacier Pia
Une moraine latérale à gauche et une moraine médiane à droite sur le glacier Pia au Chili

Les amas de pierres peuvent se trouver à différents endroits sur le glacier. En fonction de leur emplacement on va leur donner une appellation spécifique. Il en existe un grand nombre de termes, néanmoins lorsque l’on observe un glacier le néophyte peut tout de suite déceler trois types de moraines.

Les trois types de moraines principales sont :

La moraine latérale

Les pierres que l’on retrouve de part et d’autre du glacier sont les moraines latérales. C’est en fait toutes les pierres qui sont repoussées sur les côtés par l’avancée du glacier ou bien ce sont des blocs qui sont arrachées de la parois de la montagne.

La moraine frontale

Comme son nom l’indique, la moraine frontale est l’amas de pierres qui se trouve devant le glacier. Tout ce qui se trouve sur le passage du glacier est donc balayé et poussé ver l’avant par un immense rouleau compresseur, comme le ferait un bulldozer sur un chantier.

La moraine centrale (ou médiane)

Définition de la moraine, l'explication en image
Quelques débris de la moraine centrale du glacier Pia

Cette moraine se trouve généralement prisonnière en plein milieu du glacier et généralement vers la surface. A noter que l’on peut retrouver plusieurs moraines centrales, en fonction de la typographie du terrain. Généralement là où les moraines centrales provoquent de grandes traînées  sur le glacier. De loin cela donne d’ailleurs une allure assez étrange. On croirait même que le glacier est sale ou bien qu’il est en train de fondre. Alors qu’il n’en est rien, il s’agit que de cailloux et de pierres qui ont été embarqués à la surface d’une immense rivière de glace et qui partent à la dérive. Et si les débris rocheux sont étirés c’est toujours dans le sens de la longueur et c’est bien le signe que le glacier avance.

Les autres moraines que l’on retrouve dans un glacier

Hormis les moraines visibles au premier coup d’oeil, il existe bien évidemment d’autres amas de pierre. Les matériaux charriés peuvent se trouver par exemple sous le glacier. Dans ce cas précis on va appeler les débris de pierres qui se trouvent sous celui-ci moraine de fond ou moraine profonde.

Autre moraine et cette fois-ci c’est un peu plus triste. Puisqu’il s’agit de la moraine de fonte. Vous l’aurez compris, ce sont tous les petits débris qui ont été concassés en mille morceaux et qui se trouvaient à l’origine sous le glacier. Ceux-ci apparaissent à la surface lorsque le glacier a fondu. Lorsque le glacier n’a pas totalement disparu on va plutôt parler de moraine de récession.

Une moraine de fonte en Islande
Au bord d’un lac glacière en Islande avec une moraine de fonte au premier plan

Remerciements: la compagnie Australis au Chili avec laquelle j’ai pu explorer le glacier Pia lors d’une navigation en Terre de Feu.

crédits photos: Yann Vernerie