Voyageant depuis des dizaines d’années autour du monde, j’ai eu l’occasion d’aller maintes fois en Asie. Lorsque j’ai vu que les autorités chinoises commençaient à bloquer les routes et mettre la ville de Wuhan en quarantaine, j’ai immédiatement compris que quelque chose n’allait pas. Lorsque j’ai entendu les premières prises de paroles des politiciens français, j’ai compris que quelque chose n’allait pas et que pas grand monde en parlait.

Et ce qui ne va pas c’est d’abord la vitesse de propagation du virus par rapport à la prise de conscience de ceux qui sont aux manettes. Que l’on soit clair, dans cet article il n’y aura que des liens vers les sites de l’OMS, de l’administration française et de la presse papier (le monde, le figaro, l’express, le parisien et leurs confrères).

Et oui car désormais pour discréditer tout discours qui ne rentre pas dans le rang de la communication du gouvernement français, on l’accuse d’être populiste, complotiste et erronée. Un article qui cite ces sources s’essouffle et rend la lecture indigeste et la force du message en est altérée. 

La belle ville de Wuhan en septembre 2016

La belle ville de Wuhan en septembre 2016

Les prises de paroles des ministres de la Santé – la négation du problème

Le cas Agnès Buzyn

Agnès Buzyn est une femme politique française qui fut ministre des solidarités et de la santé du 17 mai 2017 au 16 février 2020. Soit Deux ans et neuf mois.

Pour rappel le premier cas de mort par Coronavirus en France date du 14 février 2020, il s’agissait d’un touriste chinois provenant d’une ville située à 400 kilomètres de Wuhan. Ce touriste chinois est entré en France le 23 janvier 2020. Le virus se balade donc sur le territoire français et Agnès Buzyn le sait, mais finalement elle préfère démissionner pour se lancer dans la course des élections municipales. Et comme le ridicule ne tue pas, elle s’empresse immédiatement de reprocher à Anne Hidalgo son inaction face au virus du Coronavirus – rebaptisé Covid-19. La Maire de Paris sera obligée de publier des courriers entre son administration et le ministère de la Santé pour prouver que la ville de Paris se prépare comme elle le peut à l’arrivée du Virus. Pour rappel Paris est l’une des villes les plus touristiques du monde.

Le fait d’arme de cette politicienne et analyste hors pair sera sa fameuse déclaration du 24 janvier 2020: «Le risque d’importation depuis Wuhan est quasi nul, le risque de propagation du coronavirus dans la population est très faible.» Le nuage du Coronavirus ne passera donc pas sur la France,  un peu comme celui de Tchernobyl en 1986.

https: //twitter.com/covid19_info/status/1235626916914311168?s=20

Autre point intéressant, cette ministre ne croit tellement pas à l’arrivée du virus en France, qu’elle décide tout simplement d’envoyer en Chine 17 tonnes de matériel médical. A noter que certains de ces produits ont peut-être été produits en Chine.

https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/le-ministere-et-son-reseau/actualites-du-ministere/informations-coronavirus-covid-19/coronavirus-declarations-du-ministre-et-de-la-porte-parole/article/envoi-de-fret-medical-en-solidarite-avec-la-chine-a-destination-des-structures

Mais Buzyn ce n’est pas uniquement la ministre qui vida une partie des stocks médicaux de la France, c’est aussi celle qui rapatriera les ressortissants français, qu’ils soient touristes ou expatriés à Wuhan. (C’est à Wuhan que se trouve l’une des usines du groupe PSA. Il y aurait eu en tout quatre vols.

En France on aura le droit a un démenti de propagation du virus via les militaires, alors qu’au Etats Unis on sait que 4 d’entre eux au moins ont été contaminés lors de ces rapatriements.

https://www.defense.gouv.fr/actualites/articles/coronavirus-covid-19-le-ministere-des-armees-demele-le-vrai-du-faux

Le seul problème c’est que les avions ont ramené d’autres ressortissants étrangers de Wuhan, mais du coup le ministère de la défense ne dit pas s’il ont été testés. Et de toute manière tout ce qui touche au ministère de la défense est du secret militaire donc nous n’auront pas plus d’information de la grande muette.

De plus on apprendra dans la même séquence que chercher le patient 0 ne sert plus à rien. C’est le télescopage de ces deux informations qui nous interroge très fortement.

Les expatriés de Wuhan

Les entreprises françaises à Wuhan

Information à prendre au conditionnel : le mari d’Agnès Buzyn aurait été en Chine en 2017 pour l’inauguration d’un laboratoire à Wuhan en Chine. Son mari serait un ponte de la médecine en France et il a été directeur d’un laboratoire de recherche l’Inserm. C’est d’ailleurs à ce titre qu’il s’est rendu en Chine. Il sait donc que si les chinois ont contraint Wuhan au confinement c’est qu’il se passe quelque chose de grave. Mieux il pourrait tout à fait rentrer en contact avec des chercheurs chinois pour échanger de manière informelle sur le virus.

Le cas d’Olivier Véran

Sur la lancée de la ministre précédente, le tout nouveau ministre de la santé, ne peut s’empêcher de surfer sur les bons chiffres du Coronavirus en France. il se feint d’une déclaration le 24 février 2020:  » Il n’y a pas de circulation du virus ce soir sur le territoire national ». Bien évidemment cette déclaration est faite alors que l’Italie voit la courbe de ses malades augmenter. Et de rajouter: « Il n’y a pas de malade identifié » ni de « circulation du virus ce soir sur le territoire national »

https://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/coronavirus-plus-aucun-malade-en-france-qui-garde-l-italie-a-l-oeil_2119232.html

A ce moment, l’Italie connaît une accélération des contaminations. La France refuse de fermer ses frontières car cela ne servirait « à rien ». Par contre l’Italie décide le dimanche 8 mars de confiner près de 15 millions d’habitants en Italie du Nord.

https://www.lefigaro.fr/flash-eco/virus-l-italie-va-placer-en-quarantaine-milan-venise-et-d-autres-zones-20200307

Mais en France on préfère mettre des affiches dans les aéroports et se laver les mains, d’éternuer dans son coude.

Autre point qui montre la déconnection du ministre de la Santé c’est le décès qui surviendra moins de 48 heures après sa déclaration. Certes il ne pouvait pas savoir mais on comprend alors que le ministre a déjà pris 14 jours de retard.

Quand Molière s’invite dans le débat

C’est une scène digne de Tartuffe qui se joue ce vendredi 6 mars. Notre bien aimé président s’est donc rendu dans une maison de retraite avec une armée de communiquant et de quelques équipes de journalistes triés sur le volet. Et le message est clair, il ne faut pas se rendre dans les maisons de retraites car ce serait mettre en danger la sécurité sanitaire de nos anciens. Soit, « faites ce que je dis mais pas ce que je fais, c’est l’effet du prince ». Notre bien-aimé président disait également qu’il serait stupide de fermer les écoles car les soignants ne pourraient pas se rendre à leur travail.

https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2020/03/06/coronavirus-declaration-du-president-emmanuel-macron-depuis-lehpad-pean-a-paris

Le fameux moment sur les écoles que l’on ne peut pas fermer. Alors que les italiens l’ont fait.
https: //twitter.com/AiphanMarcel/status/1235904228465553408?s=20

Quelques heures plus tard nous apprendrons que le Premier Ministre Edouard Philippe décidait la fermeture de toutes les écoles dans l’Oise et le Haut-Rhin. Fin de la blague.

https://www.lesechos.fr/politique-societe/societe/coronavirus-fermeture-des-creches-maternelles-colleges-et-lycees-de-loise-et-le-haut-rhin-pour-15-jours-1182798

Et puis il y aura les fameux conseils de défenses de l’Elysée de la fin du mois de février. Deux conseils de sécurité, dont l’un des deux aurait servi à piloter l’annonce du 49.3 – c’est à dire le passage en force sur les retraites.

Signe positif, il semblerait que la barre des 1000 personnes testées et déclarées positif au covid-19 soit le point de départ du véritable plan de lutte contre la propagation du virus. Un virus létal à 2 ou 3 % selon l’OMS.

Ce virus qui risque de toucher un très grand nombre de personnes et qui risque de faire un nombre de morts équivalent à la canicule de 2003, pose de nombreuses questions comme celle de la responsabilité des ministres. Une question que la presse avait posée à l’époque et qui s’était d’ailleurs soldée par la démission de Jean-François Mattei ministre de la santé, pour ne pas avoir dit aux français « de boire beaucoup d’eau quand il fait chaud ».

L’épineuse question de la fermeture des frontières

« un virus n’a pas de passeport mais tous les porteurs de passeport peuvent avoir le virus »

La question du confinement, d’un ville, d’une région ou d’un pays entraîne forcément la question de la fermeture des frontières.

Taïwan, l’île toute proche de la Chine a décidé par exemple de limiter l’entrée sur son territoire à certaines personnes. Puis d’interdire finalement l’entrée sur son territoire à tous les voyageurs qui étaient passer par la Chine. Résultat, après quelques mois on enregistre à Taïwan 1 seul mort pour une petite cinquantaine de personnes infectées. Il faut dire que Taïwan avait subit de plein fouet l’épidémie du SARS et qu’ils ont su en tirer les leçons.

L’épilogue du 14 mars

Après l’intervention du Président de la République, le premier ministre Edouard Philippe a décidé la fermeture de tous les commerces à partir du dimanche 15 mars 00h00.

Les italiens avaient lourdement insisté en priant les français de ne pas faire les mêmes erreurs. Emmanuel Macron avait d’ailleurs consulté le Président de la République italienne quelques heures avant la déclaration du passage en stade 3.

crédits photos: Yann Ve