L’information est tombée dans la nuit du 22 au 23 septembre 2019, Thomas Cook, la société britannique spécialisée dans le tourisme a fait faillite. Résultat, c’est plus de 600 000 clients à l’étranger qui se retrouvent sans hôtel et sans moyen de retourner chez eux. Des avions ont d’ailleurs été spécialement affrétés pour mettre en place un pont aérien vers le Royaume-Uni.

Thomas Cook la fin d'une époque

Thomas Cook, la faillite du siècle

Les conséquences de la faillite de Thomas Cook sur les 600 000 touristes

La nouvelle a fait l’effet d’une bombe car les touristes se trouvant à l’étranger ont payé la prestation, par contre il n’est pas sûr que le Tour Opérateur anglais ait payé ses prestataires ainsi que ses fournisseurs.

Donc à partir du 23 septembre 2019, les personnes voyageant avec Thomas Cook se trouvent dans une situation délicate. Plus d’hôtel pour séjourner et plus d’avion pour rentrer. Résultat c’est plus de 150 000 ressortissants britanniques que le Royaume-Uni doit rapatrier. C’est tout simplement la plus grosse opération que la Grande-Bretagne doit gérée depuis 1945.

Le cas des français qui ont acheté un voyage via TC

Pour la France, quant à elle c’est un peu moins de 10 000 touristes bloqués à l’étranger.

Et pour tous, c’est le même cauchemar. Les vacanciers sont bloqués à l’étranger et parfois les hôteliers demandent à leur clients des suppléments voir même de régler des frais d’hôtel. Quant à la question du vol retour, c’est la grande inconnue. Attention, tous les clients de Jet Tour sont également concernés.

Pour le marché français un numéro de téléphone d’urgence a été mis en place et c’est le 01 41 05 40 81. Ce numéro est juste saturé et il est difficile d’avoir des informations.

L’histoire de Thomas Cook

Cette entreprise est née au Royaume-Uni en 1841 et les cent cinquante premières années c’est plutôt un carton. Elle possédait d’ailleurs une flotte d’avion constitué de cent appareils. Et Jet Tour lui appartenait également.

Cette société était donc l’agence de voyage la plus ancienne du monde. Plus de 150 ans d’existence un record pour le secteur, Thomas Cook était le pionnier et le leader du marché avec un chiffre d’affaire annuel d’environ 11 milliards d’euros. Et c’est même cette agence qui a inventé le fameux « voucher ». Un bon que le voyageur remet à l’hôtel à son arrivée. Ensuite l’hôtel pourra se faire payer par Thomas Cook.

Thomas Cook, l’inventeur du tourisme

Mais la où l’entreprise a vraiment innové, c’est en proposant des voyages clef en main aux autres agences de voyage. L’arrivée d’internet changera la donne et déjà en novembre 2011, la vie de l’entreprise n’est plus un long fleuve tranquille. L’action perd en un jour les trois quarts de sa valeur. Cela aura été le premier coup de semonce. En 2019 c’est près de 40% des voyages qui sont achetés sur internet et c’est précisément l’année ou Thomas Cook fera faillite.

Le slogan de ce tour opérateur :  » Les vacances s’invente avec Thomas Cook ».

Lorsque la société anglaise Thomas Cook s’est déclarée en faillite le 23 septembre 2019. Et cela a eu pour effet immédiat la cessation immédiate de toute activité. L’une des conséquences directes est que la centaines d’avions de Thomas Cook ne peuvent plus voler. Et c’est donc pour cela que nous avons aujourd’hui 600 000 touristes qui sont bloqués sur leur lieu de vacances.

Les victimes collatérales de la faillite de Thomas Cook

Les hôteliers et les impayés d’une gigantesque agence de voyage

Des hôtels commencent déjà à se plaindre sur l’ardoise laissée par le voyagiste Thomas Cook. Notamment en Tunisie, ou de nombreux hôteliers attendent depuis des mois le paiement d’arriérés. Vous l’aurez compris avec la banqueroute de Thomas Cook de nombreux hôtels risquent de mettre la clefs sous la porte.

Les salariés, les autres victimes de la faillite de Thomas Cook

Ce groupe emblématique a compté jusqu’à 30 000 salariés. Mais en septembre 2019, c’est encore 22 000 salariés qui vont se retrouver sur le carreau.

Pour l’instant leur situation est ingérable, notamment pour ceux qui travaillent en agence et qui ont un contact direct avec le public. Pourquoi? et bien parce que tout simplement les clients qui ne sont pas encore partis mais ils ont déjà payé. Les clients de Thomas Cook se font du soucis et on les comprend. Alors certains prennent d’assaut les numéros de téléphone ou les agences physiques pensant pouvoir trouver une solution. Mais c’est peine perdue puisque les salariés ne sont au courant de rien et qu’ils attendent les directives d’une hiérarchie bouleversée.

Les vacanciers, quid du remboursement ?

Pour tous ceux qui ont pris une assurance annulation, cela devrait bien se passer. Par contre pour les autres cela risque d’être un peu plus compliqué.

Les citoyens britanniques, par exemple, vont pouvoir bénéficier d’un fond de couverture dédié au tourisme, c’est la garantie ATOL.

Concernant les autres ressortissants et notamment les français, cela risque de devenir un peu plus hasardeux. Tout simplement parce qu’en France, il n’existe aucun système de garantie. C’est donc du côté de l’Europe et la « package travel directive » qu’il va falloir se tourner pour espérer être remboursé ou rappatrié.

Que vont devenir les agences de voyages physiques Thomas Cook ?

Agences de voyage intégrées

Et bien c’est très simple. D’un côté il y a les agences qui sont des intégrés, c’est à dire des agences qui appartiennent à l’entreprise et de l’autre les franchisés. Sur les 430 agences du groupe, 180 appartiennent à Thomas Cook. Les employés de ce type d’agence ne peuvent rien dire, ils n’ont pas le droit de parler à la presse et parfois ils n’ont même pas de directive de la part de leur hiérarchie.

Si la faillite de la maison mère a déjà été actée, la situation est plus compliquée en ce qui concerne la filiale française. Car si les fonds propres sont positifs, il serait fort possible qu’elle reste en activité. Néanmoins il se pourrait qu’elle se retrouve prochainement, elle aussi, en cessation de paiement.

Agence de voyage franchisées

Pour les franchisés ou pour les revendeurs de Thomas Cook, c’est plus simple. Ils sont indépendants tant sur le plan financier que juridique. Ils ne sont donc pas concernés par la faillite de leur partenaire. Et pour les produits vendus ce sont des assurances ou des fonds d’indemnisations publiques vont prendre le relais afin d’indemniser les consommateurs. Mais dans cette affaire il ne faut pas être naïf, certains clients risquent de perdre pas mal d’argent. Mais surtout les franchisés et les agences de voyages indépendantes vont retirer de leur catalogue l’offre de TC. Et leur vie va continuer, presque comme avant.

Le conseil aux voyageurs du Ministère des Affaires Etrangères

Le MAE conseille aux vacanciers de ne surtout pas partir car ils risqueraient de se trouver dans une situation très difficile. Le message des autorités est très clair, « ne partez sous aucun prétexte ». Votre vol aller risque d’être maintenu, par contre personne ne sait si l’hôtelier sera prêt à vous héberger, quant au vol retour vous risquez de vous retrouver avec un vol annulé. C’est donc pour toutes ces raisons qu’il ne faut pas partir.

Pour l’instant il est difficile de connaître le nombre de personnes qui prévoyaient de voyager avec Thomas Cook.

Depuis 20 ans, le secteur du tourisme connaissait une augmentation annuelle d’environ 5%. Ce coup de tonnerre intervient à seulement quelques jours d’ITW Paris. Un des plus grands salons consacré au tourisme. Quel seront les conséquences pour le secteur? A ce jour il est encore difficile de faire un point précis de la situation . A suivre.