Partir vivre en Thaïlande – conseils pratiques

Dossier expatriation: vivre en Thaïlande c’est possible

Quels sont les points forts de la vie en Thaïlande ?

La gentillesse des thaïlandais, leur style de vie. La chaleur, les couchers de soleil. La vie paradisiaque des îles, l’eau turquoise et les plages de sable fin.

Mais aussi la gastronomie, les fruits exotiques et le faible coût de la vie. Voici donc tous les avantages qui poussent les occidentaux à partir vivre en Thaïlande.

Quel est le coût de la vie en Thaïlande et quel budget faut-il prévoir pour vivre confortablement ?

 

Il faut compter environ 1 000 euros par mois pour vivre confortablement en Thaïlande. Ne sous estimez pas trop vos dépenses car bien que la Thaïlande soit un pays bon marché, l’argent file toujours très vite. Surtout lorsque l’on commence à prendre le taxi, faire des excursions et sortir en soirée ou voir des matchs de boxe thaïlandaise.

D’autre part ayez bien à l’esprit que la monnaie thaïlandaise, le bath, est plus ou moins lié au dollar US. Et ce pour des raisons économiques ou politiques et historiques. Donc une baisse de l’euro face au dollar, ou la baisse de l’euro face aux autres devises, peut avoir des conséquences néfastes sur le taux de change et donc sur votre niveau de vie en Thaïlande.

Pour le logement il faut compter entre 200 et 300 euros pour un grand studio avec la climatisation. Pour l’alimentation, il faut compter environ 7 euros par jour. Ce qui donne donc 200 ou 250 euros de dépenses mensuelles pour manger au restaurant et faire des courses. Vous l’aurez compris il vous sera assez difficile de vivre en Thaïlande avec moins de 400 € par mois.

 

Comment résider légalement en Thaïlande ? Quel visa choisir ?

Lorsque l’on veut vivre en Thaïlande il vaut mieux considérer cette question avec un peu de sérieux. Bien que visiter ce pays en tant que touriste soit assez facile, il vaut mieux anticiper un minimum. Car lors de votre arrivée dans ce pays, un douanier vous mettra un coup de tampon sur votre passeport. Ce visa touristique vous permettra donc de séjourner 30 jours

Certes au vu de cette facilité douanière, de nombreux étrangers débarquent en Thaïlande sans réel projet.  Puis ils tombent amoureux du style de vie, du climat et d’une ou d’un thaïlandais. Peu importe la raison. Pour pouvoir rester légalement dans le pays, la « solution » généralement utilisée est de sortir du pays pour quelques jours ou quelques heures. D’ailleurs des agences de voyages ce sont spécialisées dans ce type de prestation. Il faut compter entre 150 et 200 €.

Prolonger son visa touristique en Thaïlande

Il suffit de monter dans un car direction le Cambodge ou le Laos. Car ce sont également des pays que l’on peut visiter sans visa. Une fois le visa cambodgien obtenu, vous pouvez le jour même revenir en Thaïlande et obtenir un nouveau visa de 30 jours. Si ce stratagème peut s’avérer amusant les premières fois, ce système devient assez contraignant.

Faire une demande de visa étudiant

Pour les moins de 60 ans, il peut être intéressant de faire une demande de visa d’étudiant et ce afin de rester un ou deux ans en Thaïlande. Par contre il vous faudra payer le prix fort, car le prix des cours et le prix du visa ne sont pas donnés. Attention il est impossible de travailler légalement sur le territoire thaïlandais avec ce type de visa.

Vivre avec les saisons thaïlandaises

En Thaïlande il fait chaud toute l’année. Par contre attention ce pays est soumis au régime de la mousson. La saison sèche dure donc de novembre à avril et la saison des pluies de mai à octobre.

Les records de températures ont souvent lieu au mois d’avril et de mai. Donc pas facile de vivre en Thaïlande à cette période là.

Travailler en Thaïlande

La solution la plus facile est de démarcher une société française ou européenne qui exerce une activité dans le pays. L’entreprise s’occupera alors de votre permis de travail. Dans un premier temps il vaut mieux s’installer dans les grandes villes Thaïlandaises afin de maximiser vos chances de trouver un travail.

Mais sachez que les autorités thaïlandaises autorise le travail d’un étranger si et seulement si ce travail ne peut pas être effectué par un thaïlandais…

Acheteur ou responsable export

Soit vous avez des aptitudes commerciales le job de responsable export « marché thaïlandais » est pour vous. Et si votre fort est la négociation pourquoi ne pas viser un poste d’acheteur Asie?

Et pourquoi pas postuler dans le service financier

Autre solution, les entreprises installées à l’étranger aiment bien avoir des contrôleurs de gestion ou des responsables financiers sur place qui soient des expatriés. Et ce pour 2 raisons. D’une part cela permet d’assurer une meilleure remontée des données comptables et financières. En envoyant les comptes dans une norme plus ou moins compatible avec la comptabilité française. D’autre part la présence d’un « expat » dans un service financier permet dans une certaine mesure de contrôler ce qui se passe et de montrer aux équipes locales que la holding surveille les mouvements financiers.

Contacter les ONG pour rester vivre en Thaïlande

Si tout ce jargon vous est étranger, vous pouvez vous rapprocher des ONG qui peuvent officier ou avoir un bureau de représentation dans le pays. Je pense à Human Watch Rights,  ou encore à Transparency International. Et puis il y a les ONG plus classiques d’aide aux populations qui peuvent avoir des bureaux sur place. Ne serait-ce pour coordonner les diverses activités en Asie du Sud-Est.

Ingénieur, on a besoin de vous presque partout

Si vous êtes ingénieur hydraulique ou ingénieur agronome, il est relativement facile de trouver du travail à l’étranger auprès de diverses associations d’aide au développement.

Autre solution, vous êtes ingénieur dans le bâtiment (génie civil) contactez donc les entreprises françaises de BTP.

Enseignant de Français (langue étrangère) ou lecteur

Enfin la solution souvent la plus efficace est de rentrer en contact avec les universités ou les écoles de langues étrangères qui enseigneraient le français. Car généralement ces organismes aiment bien proposer des postes de lecteurs aux étrangers de passage. Rassurez-vous, il ne s’agit pas d’enseigner l’imparfait du subjonctif. Mais plutôt de préparer des exposés sur la France et la culture française. Le but étant de travailler avec les étudiants la prononciation et faire parler un maximum les élèves (conversation).

Si vous parlez suffisamment bien l’anglais, vous pourrez également enseigner la langue de Shakespeare le salaire mensuel dans une école privée est d’environ 800 € .

La liste des métiers interdits aux étrangers

Agriculture, sylviculture, pêche, industrie de la soie, tailleur de pierres précieuses, secrétariat, services juridiques…

En règle générale tous les métiers de l’artisanat sont interdits aux étrangers.

 

L’immobilier en Thaïlande, faut-il acheter ou louer ?

Le problème avec les expatriés français est qu’ils arrivent avec leur grille de lecture. En France la population est très attachée au sentiment d’être propriétaire.

Or la loi Thaïlandaise ne permet pas aux étrangers d’accéder à la propriété. Ceux qui veulent tout de même devenir propriétaire achètent soit via leur petite amie, soit via un prête-nom (dans le jargon un homme de paille).

Acheter via son partenaire thaïlandais (amant, femme, mari, maîtresse)

Si vous achetez un bien via votre petit(e) ami(e) vous risquez de découvrir avec le temps une autre personne. Que cela prenne 24 heures ou quelques jours, c’est évidemment l’arnaque classique. C’est un peu comme se marier sans contrat de mariage en passant par la case divorce. Vous risquez de tout perdre.

Acheter via un tiers

Si vous achetez via un homme de paille, la technique est simple. Vous amenez les fonds et un thaïlandais « ad-hoc » devient propriétaire. En contrepartie il reçoit une certaine somme d’argent de votre part pour le service rendu. Pour vous couvrir votre avocat thaïlandais lui fait signer également un contrat de vente à la faveur d’un deuxième homme de paille. Il est préférable de garder son identité secrète – afin que les 2 hommes ne se liguent pas contre vous. Bref, le stratagème est illégal. Mais selon les avocats ce système est sûr tant qu’il n’y a pas d’imprévus. (décès du prête-nom, contestation de la vente par le vendeur ou l’administration etc.)

Louer c’est rester libre

Car rappelez-vous que les emprunts russes (1888 – 1904) ou encore les obligations pour le percement du Canal de Suez (Ferdinand de Lesseps – 1867) étaient fondés sur la confiance. Cette confiance qui permit de siphonner les économies de quelques français crédules ou cupides.  Dîtes-vous bien qu’un placement à l’étranger est toujours très complexe à gérer. Virement international, risque de change et volatilité des cours des devises, frais de change et autres frais bancaires ou contrôle des devises, impôts sur les plus-values… Vous devrez réaliser un sacré bénéfice en échange des aléas économiques et des risques juridiques pour tous ces risques que vous aurez pris.

Dans tous les cas il vaut toujours mieux louer plutôt qu’acheter quelque chose à l’étranger. Surtout lorsque les prix sont élevés et que la loi ne le permet pas.