Pourquoi surnomme-t-on New York « Big Apple »?

Tout d’abord lorsque l’on traduit littéralement « big apple » en français on obtient l’expression grosse pomme. Et il faut reconnaître que cela est assez étrange. Car en français cela pourrait avoir une connation un peu négatif. L’expression « grosse pomme » étant réservée généralement aux personnes crédules en laissant sous-entendre qu’elles seraient un peu bêtes.

« The Big Apple », mais d’où vient ce surnom de New York?

Big Apple le surnom de New York
Big Apple le surnom de New York

Les hypothèses probables mais fausses

On pourrait croire que ce surnom de Big Apple proviendrait du fait qu’à New York on croque la vie à pleines dents. Un peu comme dans une pomme. Mais ce n’est qu’une hypothèse et elle est fausse.

Il s’est dit ausse que dans le milieu du Jazz, la réussite d’un concert à New York était semblable à la prise de la pomme d’or. Car à la Nouvelle-Orléans, les mucisiens avaient une expression consacrée pour le fait de réussir à New York. Ils disaient : « Il y a beaucoup de fruits sur l’arbre de la réussite, mais si tu joues à New York, tu décroches la grosse Pomme ». (Jouer et réussir à New York c’était un peu comme décrocher la timbale).

John Fitzgeralg, journaliste au New York Telegraph

Mais l’explication en est tout autre. Le Surnom de « Big apple » pour la ville de New York provient en fait d’un journaliste du Morning Telegraph. Celui ci reprit publiquement une expression que les jockey utilisaient entre eux pour désigner le tour de piste lors des courses de chevaux. C’est donc en 1920 que le journaliste sportif John Fitzgerald  fit rentrer dans le domaine publique l’expression. En effet il décida de nommer sa rubrique : « Around the Big Apple ». Et dans son introduction il commençait par « There is only one Big Apple. That’s New York ».

C’est donc en utilisant une expression du monde des courses de chevaux que John Fitzgerald qui fit entrer l’expression dans le domaine publique.

Les 70’s et l’Office du Tourisme New-Yorkais

Les années folles sont déjà loin et la réputation de New York n’est pas forcément très positive. En effet car à l’époque il se dit que New York est une ville très dangereuse. Dans ce contexte, Charles Gillett alors président du « Convention and Visitors Bureau » cherche à faire évoluer la réputation sulfureuse de la plus grande ville des Etats Unis. Avec des slogans originaux autour de la pomme, ainsi il contribua donc à adoucir l’image de la ville.

 

Connaissez-vous les surnoms des villes américaines ?

Les américains adorent donner des surnoms aux villes américaines. « Motor City » ou « Motown » pour la ville de Détroit, en référence aux constructeurs automobiles présents dans la ville. « Sin City » pour Las Vegas, la ville des pêchés. Ou encore « Windy City » pour la ville de Chicago.

Mile High City pour la ville de Denver. En référence à l’altitude de la ville. La ville se trouvant à environ 1600 mètres s’altitude soit envion 1 mile.

Big D pour la ville de Dallas.

Music City pour la célèbre ville de Nashville.

Bean Town pour la ville de Boston.

La cité des Anges pour Los Angeles, connue également sous l’abréviation L.A.

Alamo City pour San Antonio.

Emerald City pour Seattle, appelée également : The Rainy City.

Steeltown, la ville de l’acier pour Pittsburgh.

 

Les autres surnoms de New York

Il fût un temps où l’on appelait New York « Fun City » ou encore « Gotham ». Les expression « la ville qui ne dort jamais » ou la ville debout sont parfois également utilisées pour surnommer New York City.

 

Crédits photos : @rno – Escale de nuit