Kiev confidentiel.

Il était une fois Kiev, confidentiel.

Inspirante capitale historique des pays slaves. Kiev est unique, Kiev est magique.

La vie s’écoule lentement, tout est facile et parfois un peu bizarre. Je me demande pourquoi je ne suis pas venu ici avant.

Une lumière blanche règne sur la ville, cette luminosité particulière.

L’Ukraine un pays sous influences.

Pas de pétrole, pas de gaz, pas d’argent.
Autant dire que vivre ici est une expérience.

Pas de chinois, pas de japonais, pas d’allemands, très peu de français…
En gros pas de touriste, quel plaisir! Quel luxe!

Mettre les voiles en Europe orientale.

Aller à Kiev c’est un peu comme prendre un chemin de traverse. Voyager ainsi avec autant d’incertitudes et aussi peu de soucis devrait être prescrit sur ordonnance.

Ici on parle russe, parfois ukrainien, on fume la chicha et on se régale des plats causasiens. L’orthodoxie à Kiev est très bien implantée. On y trouve aussi une communauté juive dont une partie a émigré soit à Moscou, soit à New York et quelques Mosquées, témoin d’une cohabitation religieuse paisible dont on a jamais entendu parler.

Cela peut paraître bizarre mais Kiev situé aux confins de l’Europe que l’on croirait presque oubliée est en fait une capitale sous influence.

Que cette influence soit ottomane, tatar, caucasienne ou grec, la culture de tous ces peuples font battre le cœur de Kiev.

Ukraine, cela veut dire littéralement à l’extrémité. Cette ville est même carrément à l’écart de tout qui peut se faire en ce moment sur la planète.

Très surprenant sur le plan politique, on a vécu ici une révolution, puis une contre-révolution, une guerre hybride avec le voisin russe.

Pays d’agriculture, grenier à blé de l’Europe.
Produire de la nourriture en très grande quantité pour les autres c’est peut-être ça le début de la générosité.

Sous tension.

Les différentes révolutions et contre révolution et le conflit dans l’Est du pays a marginalisé la capitale qui semble s’être endormie dans son charme feutré.

L’animation et l’agitation de la ville sont éphémères et trompeuses.
Les nombreux soldats ukrainiens en permission ou en transit dans la ville rappelle que le pays n’est pas en paix.

Paranoïa d’un peuple qui se sent assailli. Si vous êtes étranger, évitez quand même de parler russe, on ne vous en tiendra pas rigueur et l’anglais est absolument tout à fait suffisant.

Authentique ville figée dans le temps par une architecture soviétique statique, parsemée de trésors religieux historiques, une nouvelle vague submerge la ville qui ne demande qu’à innover.

D’ailleurs des mouvements ukrainiens artistiques et politiques très engagés, se propagent aussi bien chez le voisin russe à l’Est qu’en Europe occidentale à l’Ouest.

C’est peut-être pour vous le bon moment d’aller à Kiev.

Kiev boussole d’un pays et un peu plus encore. Cette ville est à la fois mère et capitale du cœur, de tout un peuple slave étalé sur des milliers de kilomètres et qui retrouve ses racines ici.

Soyez donc les bienvenus au sein de l’Europe Orientale.

La vie, l’histoire n’est qu’un cycle et Kiev sera bientôt un nouvel Eldorado.

Cathédrale Saint-Mikhaïl, Kiev

Cathédrale Saint-Mikhaïl, Kiev

Dans le quartier de la gare de Kiev.

Dans le quartier de la gare de Kiev.

En navigation sur le Dniepr un fleuve Ukrainien

En navigation sur le Dniepr un fleuve Ukrainien

Un remorqueur pousse une barge sur le Dniepr

Un remorqueur pousse une barge sur le Dniepr

Place Maidan à Kiev. Toute la symbolique de la liberté.

Place Maidan à Kiev. Toute la symbolique de la liberté.

En attendant d'embarquer sur le Dniepr

En attendant d’embarquer sur le Dniepr

Panorama sur Kiev et sur le Dniepr

Panorama sur Kiev et sur le Dniepr

Les bâtiments de l'université de Kiev

Les bâtiments de l’université de Kiev

La cathédrale Sainte-Sophie à Kiev

La cathédrale Sainte-Sophie à Kiev

Réflections à Kiev

Réflections à Kiev

Crédits photos: Escale de nuit